vendredi 20 novembre 2015

Brownies aux noix de pécan

Bonjour à tous! Aujourd’hui, je vous propose ma recette préférée de brownies. Les photos ne sont pas forcément géniales, et ne correspondent pas aux "standards" de la blogosphère actuelle, mais croyez-moi, ne passez pas à côté !!!
Image
Ingrédients:
  • 100g de chocolat noir
  • 150g de beurre
  • 150g de cassonade
  • 100g de farine
  • 1 pincée de sel
  • 3 oeufs
  • 100g de noix de pécan
Préchauffez le four à 190° (th.6). Mettez le chocolat cassé en morceaux et le beurre coupé en dés dans un saladier. Placez celui-ci au-dessus d’une casserole d’eau frémissante pour faire fondre le tout au bain-marie. Ajoute ensuite la cassonade, la farine, le sel puis les oeufs en mélangeant bien entre chaque ajout. Coupez le feu.
Mélangez les noix de pécan à la pâte.
Graissez un moule carré. Versez-y la pâte et enfournez 20 minutes.
Image
Bon appétit!

mardi 17 novembre 2015

Bloguer: pourquoi faire ?




J'avais envie d'écrire un article, un article sur l'impensable, un article comme il y en aura des milliers publiés sur la blogosphère cette semaine. J'avais envie de mettre des mots sur ce que j'avais ressenti, enfermée devant ma télé, horrifiée. Mais, pourquoi faire ?

Pendant longtemps, je me suis demandé pourquoi des gens ressentaient le besoin de témoigner devant des caméras, ou dans des interviews. Je voyais cela comme une façon de se créer un instant de célébrité. Je trouvais ridicules ceux qui postaient des messages ou des images de soutien sur les réseaux sociaux. Pour moi, ils ne faisaient ça que pour faire comme tout le monde, en espérant se faire remarquer. Mon cynisme était assez grand. Et puis, le 7 Janvier est arrivé, et j'ai été terriblement émue. A tel point que, moi-même, j'avais failli partager mon ressenti. Néanmoins, je m'en étais abstenu une nouvelle fois, par pudeur cette fois-ci, je ne me trouvais aucune légitimité à réagir ainsi. 

Et vendredi est arrivé. Les gens tués au hasard dans des lieux où je me suis baladée des tas de fois. Les larmes, les coups de feu, les corps, mes amis passés tout près, la nuit blanche qui a suivi... Mon cynisme m'a alors semblé très déplacé. Ce weekend, nous avons tous été unis. Plus aucune polémique sur "ils l'ont bien cherché", "faut pas s'étonner" etc... A part quelques individus qui se complaisent encore et toujours dans le conflit et dans les théories du complot, le peuple français à fait preuve d'une unité sans pareille, encore plus important que celle démontrée le 11 Janvier. Tout est devenu clair pour moi. Voilà pourquoi les victimes et leurs proches témoignent, voilà pourquoi nous ressentons le besoin de nous exprimer en masse. Nous sommes portés par tous ces témoignages d'affection et de soutien.

Alors, après avoir rédigé cet article, en plusieurs fois je dois bien l'avouer, je ne sais toujours pas ce que je recherchais en me mettant ainsi à taper sur mon clavier. Peut-être voulais-je tout simplement m'exprimer, ou juste témoigner de mon soutien, de ma reconnaissance envers le monde entier pour leurs témoignages de sympathie. Peut-être voulais-je me convaincre que je n'avais pas peur, que tous ces témoignages nous rendaient plus forts contre l'horreur... Je ne sais pas, je ne saurai pas, mais l'important, finalement, n'est pas là.

vendredi 13 novembre 2015

Mais... Pourquoi tu veux être prof ?


Vous savez, quand vous êtes en soirée, que vous rencontrez des nouvelles personnes et qu'elles vous demandent ce que vous faites comme boulot ? C'est une question parmi tant d'autres. Pour moi, c'est un peu le pile ou face. Je m'attends à deux types de réactions quand j'annonce que dans deux ans (si tout va bien) je serai prof d'anglais.

D'abord, il y a ceux qui trouvent ça génial :

- "Eh bien, tu en as du courage, mais c'est vrai que c'est un beau métier"
- "Trop la chance, tu seras toujours en vacances!!!" (mais oui, mais oui)
- "Ca doit être difficile mais très enrichissant, c'est un très bon choix"
- "Tu travailleras jamais, c'est trop cool" (oui, oui, oui)

Et, c'est à peu près tout. La réaction que j'entends le plus souvent (à part la grande gagnante, celle sur les vacances) est la suivante:

- ... (silence gêné)
- "Mais, pourquoi ? Tu vas gagner un salaire de misère, te faire traiter comme une moins que rien par des gosses qui n'en ont rien à faire et des parents laxistes. Le peuple va te traiter de fainéante et te dire que tu es toujours en grève ou en vacances. En plus, tout le monde va te dire que l'anglais est mal enseigné en France et que tes élèves s'en sortiraient mieux s'ils partaient à l'étranger. Qu'eux n'ont jamais rien appris à l'école mais dans les séries télés. Sérieux.... Pourquoi ?"

Et c'est vrai qu'il est difficile de rebondir là-dessus. D'expliquer que j'ai envie de donner les clefs nécessaires à toute (oui, il ne faut pas être modeste) une génération pour réussir dans la vie. Que j'ai envie de leur faire prendre goût à la V.O. Que tout est culture et que Brian n'est pas forcément in the bathroom. Que non, je ne veux pas enseigner dans le privé, mais que je veux transmettre à ceux qui ne le souhaitent pas forcément au début. Que je veux les marquer comme certains de mes professeurs (quatre, plus exactement) l'ont fait pendant ma scolarité.

Alors oui, j'essayerai de ne pas faire de dépression nerveuse, de ne pas être le genre de prof dont le cours et la classe sont un vrai chaos. Je ne peux pas promettre que je n'abandonnerai pas tout dans cinq ans pour devenir un écrivain à succès (mon très grand rêve) ou pour ouvrir mon restaurant (mon autre grand rêve, plus réaliste). Mais je vais essayer de passer outre les critiques et la dureté du métier. Parce que, si on abandonne avant de commencer, quel est l'intérêt ?

jeudi 12 novembre 2015

Outlander - Une série magistrale

Après avoir lu le premier tome de la série de livres absolument passionnants de Diana Gabaldon, j'ai appris qu'une adaptation télévisée existait et, ni une ni deux, je me suis jetée dessus. Voici mon avis :



Outlander, 2014 - présent, de Ronald D. Moore avec Caitriona Bafle, Sam Heughan et Tobias Menzies

Synopsis: Les aventures de Claire, une infirmière de guerre mariée qui se retrouve accidentellement propulsée en pleine campagne écossaise de 1743. Elle se retrouve alors mêlée à des histoires de propriétés et d'espionnage qui la poussent à prendre la fuite et menacent sa vie. Elle se retrouve alors  déchirée entre fidélité et désir, étant partagée entre deux hommes dramatiquement opposés et deux vies irréconciliables.

Mon Avis: Outlander est une des meilleures séries de ces deux dernières années. Oui, je sais, j'y vais directement, sans prendre de pincettes, et j'ai pas mal de raisons pour ça. On va faire comme si je n'avais pas lu le roman originel et vous allez tout de suite comprendre.

- L'histoire de base est très plaisante. Une histoire d'amour sur fond de destinée, de magie, de passion, de dangers et d'accent écossais. Que demander de plus ? Les scènes de sexe entre les personnages, moins visuelles que dans les livres, ne sont pas pour déplaire. De plus, l'alchimie entre les acteurs est assez exceptionnelle.



- C'est d'ailleurs mon deuxième point: les acteurs. Caitriona Bafle est remarquable dans son interprétation de Claire, ne surjouant jamais et rendant ses réactions très réalistes. Sam Heughan, en plus d'être bâti comme un dieu grec et d'être roux (ma faiblesse du moment) joue un Jamie très attendrissant et un peu enfantin, tout en étant bigrement séduisant. Bref, le Jamie idéal, celui que j'aimerais rencontrer (coeurs partout). Quant à Tobias Menzies, que dire? Il campe Un Black Jack Randall absolument terrifiant et dérangeant, en un mot: parfait.



- L'histoire se déroulant dans l'écosse du 18ème siècle, les décors, encore vierge de routes et de poteaux électriques sont à tomber. Si je n'avais pas depuis déjà un bon moment eu envie de me faire un road trip en écosse, je l'aurais eu maintenant. Les paysages sont à tomber et la bande original est d'une délicatesse et d'une beauté incomparable. Sans parler de ce superbe générique qui me donne des frissons.






Bref, jetez-vous sans plus attendre sur les seize épisodes de la saison 1, et venez me remercier après.

mercredi 11 novembre 2015

Thé automnal: mes trois coups de coeur

Bonjour à tous. Aujourd'hui, j'ai envie de vous parler de ma boisson préférée: le thé !




    Mon amour pour le thé ne fait que grandir, grandir et grandir. Il y a un an, ma copine Angela m'a fait découvrir le Chaï Tea Latte, et ce fut la révélation ! Je me suis donc mise en quête du Chaï parfait. J'ai testé celui de Starbucks: bon, mais très cher (comme tous les Starbucks). Je me suis alors dirigée vers la chaîne Exki, qui a le mérite de proposer des produits frais à un prix tout à fait raisonnable. Leur Chaï Tea Latte est à tomber, c'est donc l'adresse vers laquelle je me dirige quand je suis hors de chez moi et que j'ai une envie de thé, là, tout de suite, maintenant. Mais quand je suis chez moi, que faire ?

   Kusmi Tea, une marque qu'il n'est plus nécessaire de présenter, propose le thé Chaï. Je l'ai testé chez une amie et j'ai été conquise. Mes petits déjeuners et mes envies de thé au quotidien ne sauraient plus se passer de ce thé délicieux, dont les épices sont parfaitement relevées quand on lui rajoute un peu de lait. Pour rester chez Kusmi, mon deuxième coup de coeur est l'Anastasia. Son goût citronné et réconfortant est parfait pour les après-midi révisions ou les moments lecture.

   Puis, pour mon anniversaire, on m'a offert le thé à la pomme et à la cannelle de la marque Lov. Ce thé, aux saveurs de l'automne et à la couleur rose a été un véritable coup de coeur. Nul besoin de lait pour faire ressortir ses saveurs délicieuses, il se suffit à lui-même. Un vrai bonheur.

   Et vous, quel est votre thé préféré lorsque le temps se refroidit ?

lundi 9 novembre 2015

Parmigiana

Bonjour à tous!
Pour nous réchauffer cet automne/hiver, je vous propose une moussaka végétarienne, aussi appelée Parmigiana. Elle demande pas mal d’ingrédients mais le résultat vaut vraiment le coup! A vos fourneaux !
Image
Ingrédients:
  • 6 aubergines longues
  • 4 grosses boules de mozzarella
  • 1kg de tomates mûres
  • 2 gousses d’ail hachées
  • 2 gros oignons hachés
  • 6 branches de basilic
  • 3 pincées de sucre
  • 6 pincées de noix de muscade
  • 4 pincées d’origan
  • 50g de fromage râpé (parmesan ou emmental)
  • huile d’olive, sel, poivre
Coupez la mozzarella en tranches puis égouttez sur du papier absorbant.
Ebouillantez les tomates. Rafraichissez-les sous l’eau courante, pelez-les et hachez la pulpe.
Faites bondir l’ail et l’oignon dans une casserole avec 2 c à s d’huile d’olive. Ajoutez 4 feuilles de basilic, le sucre, la noix de muscade, l’origan, le sel et le poivre. Ajoutez la pulpe de tomate et laissez mijoter 30 minutes environ, jusqu’à l’obtention d’une sauce épaisse.
Allumez le four à 210°C (th.7)
Rincez les aubergines, épongez-les et coupez-les en tranches dans la longueur. Faites les cuire dans une poêle avec un mélange d’huile et d’eau. Egouttez-les sur du papier absorbant.
Huilez un plat, étalez au fond une couche de sauce tomate puis une couche d’aubergines et une de mozzarella. Répétez l’opération, comme pour des lasagnes. Terminez par une couche d’aubergines nappée de sauce. Parsemez de basilic et de fromage râpé.
Faites cuire 35 à 40 minutes au four.
Bon appétit!

vendredi 6 novembre 2015

Mes blogs chouchous

En cette veille de weekend, j'ai décidé de vous offrir un peu de lecture. Il y a quelques années, avant que je ne me lance à mon tour dans ce monde étrange qu'est la blogosphère, le merveilleux site Hellocoton m'a fait découvrir énormément de blogs rédigés par des jeunes femmes talentueuses. Avec cet article, j'ai voulu leur rendre un petit hommage, j'espère qu'ils vous plairont autant qu'à moi !

The Natterbox - Tenu par Nathalie




Tout frais, tout neuf, ce blog, qui fête ses deux mois, regorge déjà de petites pépites. Rédigeant en anglais et en français, Nathalie nous inonde de recettes savoureuses, de critiques littéraires, cinématographiques et artistiques. Douée d'un certaine créativité, elle nous surprend également avec ses DIY. Une blogueuse talentueuse qui n'a pas fini de faire parler d'elle et de son univers culturel on point !


Mango and Salt - Tenu par Victoria



Entre conseils lecture, recettes végétariennes délicieuses et coups de coeur mode et beauté, le blog de Victoria regorge de pépites. Des articles quasi quotidiens dont la simplicité et la douceur sont un vrai bonheur. Non-contente d'avoir réuni autour d'elle une belle communauté de personnes séduites par son naturel et son mode de vie, Victoria a également créé un club de lecture afin de partager en temps réels ses coups de coeur littéraires avec ses lecteurs. Ce blog est définitivement un énorme coup de coeur.


Carnet Prune - Tenu par Angéline



J'ai découvert le blog d'Angéline grâce à son compte instagram. Je cherchais des photos douces et lumineuses pour illuminer mon fil de photos. Puis, j'ai cliqué sur le lien de son blog. Je suis ainsi tombée sur des articles présentés de façon très délicate, recouvrant des sujets divers et variés comme Paris, la beauté, la déco, les voyages, et les mignonneries en tout genre. Avec son ajout récemment d'un article sur la littérature, Angéline a fini de me séduire. N'hésitez pas à aller faire un tour sur le blog de cette jeune femme très talentueuse.


Natacha Birds - Tenu par Natacha




J'ai découvert le blog de Natacha il y a quelques années maintenant. D'abord séduite par ses fonds d'écrans originaux et extrêmement mignons, je me suis laissée porter par ses projets d'illustrations et ses articles sur la vie de famille. Maman de deux garçons, Natacha propose sans cesse des DIY et des articles tous plus créatifs les uns que les autres. Son sens du style évident se ressent dans ses articles modes et font toujours mouche. Une pépite d'inspiration au quotidien !



jeudi 5 novembre 2015

Les Sirènes Noires de Jean-Marc Souvira - Critique

C'est avec une immense joie que j'ai pu recevoir, en avant-première, le nouveau roman de Jean-Marc Souvira, grâce au merveilleux site Babelio dont je vous parle souvent. Avant de rencontrer l'auteur cette après-midi (rencontre que j'attends particulièrement tant j'avais aimé ses romans précédents), j'ai pu me jeter dans la lecture de cette pépite, que j'ai dévorée en deux jours !

Les Sirènes Noires - Jean-Marc Souvira, à paraître le 12 Novembre 2015, Editions Fleuve Noir, p.439.

Résumé:

03h20 du matin, Ouest parisien. Le commissaire Mistral écoute un morceau de jazz, son humeur à l'unisson. Les lumières de la ville défilent à travers la vitre. Plongée en apnée dans son âme. Il ne le sait pas encore mais le compte à rebours a commencé. 

Plein jour, sud-est du Nigéria. Les tambours résonnent. Margaret, 17 ans, corps de déesse et coeur sur le point d'exploser d'émotion, s'avance sous la tente. La cérémonie débute. Elle ne le sait pas encore mais son destin, et celui de sa famille, sont sur le point de basculer. 

Retour à Paris. Un homme guette, attend, les sens en alerte dans l'obscurité. Il n'en peut plus. Il fredonne comme une litanie sans fin son morceau culte d'AC/DC. Il savoure par avance le moment où il possèdera sa proie. 

Le tic-tac s'égrène. Le point d'impact de ces trajectoires humaines est imminent. 

Mon Avis:

De prime abord, j'avais peur de me perdre entre les différents personnages et les intrigues multiples. Mais c'était sans compter sur le talent de l'auteur pour nous faire passer d'un personnage à l'autre sans nous faire lâcher prise une seule seconde.

Les intrigues étaient bien menées, bien ficelées. Les crimes, détaillés sans fard, sans artifices par l'auteur, révèlent une cruauté sans borne, dont seul l'être humain est capable. L'ajout à cela des croyances en la magie rendait l'ambiance de ce roman encore plus angoissante.

Une lecture vraiment captivante, que je recommande chaudement !

mercredi 4 novembre 2015

Samossas végétariens

Bonjour à tous !

Samedi soir, pour une soirée d'halloween, j'ai décidé de remplacer mon traditionnel brownie aux noix de pécan par un plat salé, gourmand... et végétarien ! J'ai choisi des samossas car cela changeait des salades et que c'était plus convivial. Inspirée par une recette du livre Recettes Végétariennes de l'Inde, j'ai rajouté beaucoup d'éléments et l'improvisation a été mon mot d'ordre. Voici donc ma recette pour une trentaine de samossas.



Ingrédients:

-Une trentaine de feuilles de brick
- 4 pommes de terre de taille moyenne
-Environ 300g de petits pois
-Une carotte
-Un poivron vert
-Une gousse d'ail
-Du poivre, sel, de la coriandre, du cumin, du curcuma, de la sauge
-Un Kub'Or

Dans une casserole, mettez de l'eau à bouillir avec un kub'or. Pendant ce temps, épluchez les pommes de terre et coupez les en petits morceaux. Faites de même avec les carottes. Rincez vos petits pois et évidez le poivron. Découpez le également en petits morceaux. Quand l'eau bout, mettre les pommes de terre et les petits pois à cuire.
Dans une poêle, mettre de l'huile à chauffer. Faites revenir une moitié de gousse d'ail, puis ajoutez le poivron et la carotte. Une fois que le mélange est un peu doré, versez un peu d'eau dans la poêle et baissez le feu. Quand les pommes de terre et les petits pois sont cuits, rajoutez les au mélange dans la poêle.
Saupoudrez le mélange des différentes épices et mélangez.

Quand les aliments se sont suffisamment imprégnés des épices, versez le mélange dans un saladier et écrasez le à l'écrase-purée, ou à la fourchette si vous n'en avez pas. Procédez ensuite au pliage des samossas, la partie la plus complexe de la recette au début. Une fois que vous avez le coup de main (en général après deux ou trois samossas) ça va tout seul. De nombreux tutos peuvent vous aider pour cette partie. Je me suis aidée de cette vidéo:


Une fois vos samossas pliés, badigeonnez les "ouvertures" de blanc d'oeuf, puis badigeonnez le samossa de lait, afin de les rendre moelleux. Mettez les à cuire 15min à 200° dans un four déjà préchauffé. Retournez les à mi-cuisson.

Dégustez tièdes :)

mardi 6 octobre 2015

3 films de filles à regarder cet automne

Quand le temps commence à se rafraîchir et que les feuilles tombent une à une, rien de tel qu'un bon film de filles pour faire passer les longues journées d'automne. Certains correspondent plus à Noël, comme Love Actually ou Bridget Jones. Pour l'automne, j'ai mes 3 petits chouchous.

1- Orgueil et Préjugés 


Mon film fétiche, que je regarde quasi-bibliquement chaque année. Les paysages anglais magnifiques, la bande-originale d'une incroyable délicatesse, les répliques cultes, sont autant d'éléments qui font de cette adaptation de mon roman préféré de Jane Austen mon film favori.

2- Amélie Poulain


Un film qui fait du bien. Frais, romantique, juste et aussi fantasque, un petit bijou comme notre beau pays sait les faire. En plus de nous redonner foi en l'humanité, cette petite merveille nous transporte dans un Paris comme on le voit rarement, plein de grâce et de mélancolie. Le film de fille qui fait respirer.

3- Juno


Le cinéma canadien nous réserve souvent de belles surprises, comme Juno, arrivé discrètement en salles mais qui a réussi à trouver son public. La prestation des acteurs est sans chichis, sans fioriture, d'une incroyable justesse. Juno est un film agréable, tendre, drôle et bigrement émouvant, qui, malgré son thème peu conventionnel, saura vous faire passer un délicieux moment.

Et vous, quels sont les films de filles que vous adorez regarder en automne ?


lundi 5 octobre 2015

Wishlist d'Octobre - Comment devenir indulgent avec soi-même

Bonjour à tous. Ici, contrairement à ce que vous pouvez penser, je ne vais pas vous parler des objets que j'aimerais posséder mais bien de mes souhaits pour ce mois d'octobre. Il fût un temps, je fonctionnais en "to-do lists" avec, par semaine, une liste de choses à faire, et cela me frustrait beaucoup quand je n'arrivais pas à tout cocher.

J'ai donc décidé d'être indulgente avec moi, de me laisser le temps, de me laisser prendre mon rythme, et de me fixer des objectifs faisables, autant professionnels que personnels. Voici donc mes "résolutions", mes "souhaits" pour ce joli mois d'Octobre.

Crédit photo: Pinterest


1- Me remettre au sport, tout doucement.

Maintes et maintes fois, j'ai essayé de me mettre au sport, sans tenir mes objectifs. Running, natation, salle de sport... J'ai toujours tout abandonné. Alors, pour ce mois d'Octobre, je me fixe un objectif simple: Deux séances de 30 minutes de vélo par semaine. En reprenant aussi doucement, j'espère arriver à garder ma motivation intacte pour Novembre, et augmenter alors le niveau. Mieux vaut faire peu, que pas du tout.

2- Cesser de procrastiner autant

Cette année c'était décidé, je n'allais plus travailler mes cours au dernier moment, j'allais m'organiser et être plus sérieuse. Année de concours oblige, j'allais me rendre fière et travailler de façon acharnée. Quatre semaines après la rentrée, je peux avouer que non, rien de tout cela n'est arrivé. J'ai commencé à regarder une série passionnante mais dont le nombre d'épisodes me rend coupable (oh Doctor Who, comme je t'aime). Cet été, j'ai décidé de me consacrer à nouveau à la lecture de loisirs, ce que j'essaye de faire aussi en plein pendant l'année scolaire, et cela me prend du temps. Bref, ce mois d'Octobre, je vais essayer de m'organiser comme il le faut afin de pouvoir me reposer le dimanche, l'esprit libre.

3- Prendre de belles photos

Entre la qualité des photos de mon Iphone 4 et mon manque criant de créativité parfois, j'ai du mal à me satisfaire du peu de photos que je poste ici ou sur mon Instagram. Pourtant, ce n'est pas faute de consulter souvent des comptes dont les photos sont superbes et m'inspirent. Mais je me laisse souvent démotiver par le manque de lumière ou la déco. J'ai donc décidé de me mettre au défi de prendre une photo par jour dont je serai fière. Je vais donc essayer de travailler mon regard sur le monde, et je pense que cela ne peut pas faire de mal.

4- Respirer

La fac, le boulot, les séries, les livres, les sorties... Je fais beaucoup de choses chaque semaine, sans vraiment prendre le temps d'écouter de la musique, une tasse de thé à la main, en laissant mon esprit vagabonder à sa guise. Il y a quelques temps, je recherchais cette constante occupation, afin de ne pas penser à certains événements, mais maintenant, j'accueille à bras ouverts ces instants avec moi-même et je vais faire en sorte de leur consacrer plus de temps.

Et vous, à quoi aimeriez-vous consacrer vos efforts ce mois-ci ?

vendredi 2 octobre 2015

Tiramisu Banane-Spéculoos

Bonjour à tous! Voici un dessert que nous adorons tout particulièrement dans ma famille. Parfait pour les gourmands et simple comme tout ! 
Image
Ingrédients pour 4 verrines:
  • 5 bananes
  • 80g de sucre
  • 170g de mascarpone
  • 1 sachet de sucre vanillé
  • 2 oeufs
  • Du chocolat en poudre
Séparez le blanc des jaunes. Avec les jaunes, mélangez le sucre et le sucre vanillé jusqu’à ce que cela forme une mousse. Incorporez-y le mascarpone. Montez les blancs en neige avec une pincée de sel. Incorporez le mélange au blancs d’oeufs.
Ecrasez 3 bananes avec une fourchette, mettez-les dans le fond de verrine. Ajoutez la préparation et mettez les au frigidaire pendant au moins 12h.
Une fois la verrine refroidie, saupoudrez d’un peu de chocolat, mettez cinq ou 6 tranches de bananes en rondelles et des miettes de spéculoos, que vous aurez préalablement écrasés, sur le dessus.
photo 1
Savourez! Bon appétit!

jeudi 1 octobre 2015

Trois séries à regarder sous la couette

A l'approche des vacances de la Toussaint, j'ai décidé, en grande amatrice de séries que je suis, de vous livrer mon top 3 des séries à regarder, bien au chaud sous la couette, une tasse de thé à la main. Je n'ai pas effectué de classement, ce serait trop compliqué (à part pour le n°1, qui est mon numéro 1 de tous les temps). N'hésitez pas à me dire ce que vous avez pensé de ces séries :)

N°1- Orphan Black




L'histoire : Sarah, une marginale orpheline éduquée dans la rue, revient à Toronto après avoir disparu pendant 10 mois. À une station du réseau métropolitain, elle est témoin du suicide d'une femme qui lui ressemble beaucoup, et décide de prendre son identité. Elle va alors se frotter à un univers mystérieux.

Mon Avis: Si vous ne regardez pas Orphan Black, vous passez à côté d'un bijou, d'un chef-d'oeuvre, d'une merveille. Bousculant tous les codes, cette série qui, de prime abord semble assez classique, vous entraîne dans un univers où les questions se bousculent et les intrigues se mêlent. S'attaquant à des thèmes comme la famille, la sexualité, le genre, la folie et autres, Orphan Black est LA série du moment. Ses acteurs sont absolument brillants (je ne vous parle même pas de l'actrice principale, Tatiana Maslany, qui mériterait toute les récompenses du monde). Avec 10 épisodes de 50 minutes par saisons et déjà trois saisons de bouclées, Orphan Black vous tiendra chaud cet automne.


N°2: Parks and Recreation




L'histoire: Cette série met en scène le quotidien des employés du département des parcs et des loisirs de l'État de l'Indiana dans la ville fictive de Pawnee. L'intrigue est surtout centrée sur la directrice adjointe, Leslie Knope, qui a de grandes ambitions professionnelles et politiques.

Mon Avis: LA comédie de ces dernières années. Leslie Knope et son équipe sont à mourir de rire. De blagues bien grasses à petites punchlines discrètes en passant par des regards à la caméra hilarants, Parks and Recreation m'a beaucoup aidée lors d'une période difficile, en me faisant rire à chaque épisode. Chaque personnage est attachant et comiquement brillant. Et les critiques acerbes du système politique Américain sont vraiment la cerise sur le gâteau. Cependant, et ce n'est que mon humble avis, les six premiers épisodes de la série laissent vraiment à désirer. Il faut les regarder car ils plantent l'histoire, mais la série devient vraiment une série de génie une fois ces premiers épisodes passés. Bref, Parks and Recreation fait du bien, et c'est tout ce qu'on lui demande. Et avec 7 saisons, elle n'a pas fini de vous faire rire.


N°3: Jane the Virgin



L'histoire: La série parle de la vie complètement folle et digne d'une telenovela de Jane Villanueva, une jeune femme qui, enfant, avait fait à sa grand-mère très pieuse la promesse de rester vierge jusqu'au mariage mais qui se retrouve, à la suite d'une erreur médicale, accidentellement inséminée artificiellement. En plus de cela, le donneur est le patron de Jane, un riche playboy avec qui elle avait flirté plus jeune.

Mon Avis: Fraîche, très drôle, dramatique aussi parfois, Jane the Virgin était la bonne surprise de la rentrée dernière. L'aspect telenovela est un plaisir, dans une série qui ne se prend pas du tout au sérieux. On passe du rire aux larmes, on s'attache, on a peur pour les personnages. Un cliffhanger à la fin de chaque épisode. Rien de tel pour rester accroché à son siège épisodes après épisodes. Sans oublier le narrateur, dont les répliques et les blagues toujours bien senties rendent la série encore plus irrésistible. Un petit bijou.

Avez-vous déjà regardé certaines ? Qu'en pensez-vous ?



dimanche 20 septembre 2015

Petit point lecture

Ce mois-ci, j'ai lu plus vite que mon ombre, et je vais donc -une fois n'est pas coutume- vous proposer plusieurs critiques de livres dans un même article. N'hésitez pas à me donner votre avis.


1. Letters from Father Christmas - J.R.R Tolkien, 1976. Editions Baillie Tolkien, p.192.

Résumé: Plus connu pour ses travaux universitaires et pour l'invention de la Terre du Milieu, J.R.R. Tolkien est aussi un formidable auteur de contes pour enfants. Comme Bilbo le Hobbit et Roverandom, les Lettres du Père Noël ont d'abord été destinées à ses trois fils et à sa fille, auxquels, chaque année, entre 1920 et 1943, Tolkien a écrit une lettre (parfois deux) prétendument envoyée du Pôle Nord par le Père Noël ou l’Ours Polaire. Ces trente lettres forment un récit très prenant des aventures du Père Noël et de l'Ours du Pôle Nord, et de leurs démêlés avec les gobelins, qui plaira aux enfants, à leurs parents, et surprendra plus d’un amoureux de Tolkien.

Mon avis: Une lecture tellement adorable. Voir un père se démener autant pour que ses enfants s'abandonnent totalement au monde de l'imaginaire m'a émue au plus haut point. Les illustrations, quant à elles, toutes de la main de Tolkien lui-même, étaient sublimes. Quelle belle lecture. Une bonne idée de cadeau de Noël, surtout qu'une édition traduite existe. 
Quel petit farceur cet Ours du Pôle Nord.

2. Mala Vida - Marc Fernandez, 2015. Editions Préludes, p.277.

Résumé: De nos jours en Espagne. La droite dure vient de remporter les élections après douze ans de pouvoir socialiste. Une majorité absolue pour les nostalgiques de Franco, dans un pays à la mémoire courte. Au milieu de ce renversement, une série de meurtre est perpétrée, de Madrid à Barcelone en passant par Valence. Les victimes : un homme politique, un notaire, un médecin, un banquier et une religieuse. Rien se semble apparemment relier ces crimes ... Sur fond de crise économique, mais aussi de retour à un certain ordre moral, un journaliste radio spécialisé en affaires criminelles, Diego Martin, tente de garder la tête hors de l'eau malgré la purge médiatique. Lorsqu'il s'intéresse au premier meurtre, il ne se doute pas que son enquête va le mener bien plus loin qu'un simple fait divers, au plus près d'un scandale national qui perdure depuis des années, celui dit des "bébés volés" de la dictature franquiste.

Mon avis: Pour un premier roman, Mala Vida fait bien son travail. Entre crimes et politiques, entre présent et passé, ce roman nous emmène au plus près de ce fléau qu'a été le franquisme, dans une Espagne toujours hantée par ses fantômes. 
Cette histoire de bébés volés est absolument passionnante et représente le comble de l'horreur. J'aurais aimé que Marc Fernandez développe encore plus ce côté du roman, mais c'est probablement la passionnée d'Histoire qui parle.
Ce roman se lit plutôt vite et est assez divertissant. Petit bémol: les personnages partagent beaucoup les mêmes traits de caractère et les mêmes manies, ce qui m'a un peu gênée. 
Autrement, pour une lecture intéressante et sans prise de tête, je recommande ce roman.

3. La véritable histoire d'un Indien qui fit 7000km à vélo par amour - Per J. Andersson, 2013. Editions Pocket, p.354.

Résumé: " Tu épouseras une fille qui n'est pas du village, pas de la région, pas même de notre pays ; elle sera musicienne. " : cette prophétie de l'astrologue, Pikej se la répète depuis toujours pour ne pas sombrer dans le désespoir. Quand on fait partie des intouchables, dans l'Inde des années 70, on assure à peine sa survie, alors le bonheur... Grâce à son talent pour le dessin, Pikej intègre une école d'art à New Delhi et vit chichement de ses portraits croqués dans la rue. Et puis un jour, c'est Lotta von Schedvin qui lui en demande un. Elle est suédoise, s'est toujours sentie attirée par l'Inde et veut devenir professeur de musique. Le coup de foudre est immédiat. Mais Lotta repart en Suède, et il semble improbable qu'ils se revoient jamais... Pikej n'a pas le moindre sou pour prendre l'avion. Qu'à cela ne tienne, il pédalera ! À travers l'Asie centrale et l'Europe, il se lance sans hésiter dans un incroyable périple de 7000 kilomètres à vélo pour la rejoindre. 

Mon avis: Pour moi, ce très beau roman n'est pas vraiment une histoire d'amour, mais plutôt l'histoire d'un homme qui prend son destin en main, grâce aux encouragements d'une prophétie.
On en apprend peu sur les sentiments de Pikej et Lotta. Bien qu'ils soient évidents pour les personnages, ils ne sont pas assez développés par l'auteur pour être assimilés par les lecteurs. C'est pourquoi, avec le recul, je considère ce roman comme une déclaration d'amour au voyage et à la liberté. Pour ceux qui sont passionnés par l'Inde, ce roman est une petite pépite. 
Entre faits historiques et vie de tous les jours pour ceux considérés comme des intouchables, ce roman explore des thèmes qui me sont chers.
A travers son voyage, Pikej nous fait découvrir différentes cultures et des bouts d'Histoire. 

On pleure, on rit, on s'émerveille. J'en redemande !

4. Is Everyone Hanging Out Without Me ? (And Other Concerns) - Mindy Kaling, 2011. Editions Crown Archetype, p.222.

Résumé: Mindy Kaling has lived many lives: the obedient child of immigrant professionals, a timid chubster afraid of her own bike, a Ben Affleck–impersonating Off-Broadway performer and playwright, and, finally, a comedy writer and actress prone to starting fights with her friends and coworkers with the sentence “Can I just say one last thing about this, and then I swear I’ll shut up about it?” 

Perhaps you want to know what Mindy thinks makes a great best friend (someone who will fill your prescription in the middle of the night), or what makes a great guy (one who is aware of all elderly people in any room at any time and acts accordingly), or what is the perfect amount of fame (so famous you can never get convicted of murder in a court of law), or how to maintain a trim figure (you will not find that information in these pages). If so, you’ve come to the right book, mostly!

In Is Everyone Hanging Out Without Me?, Mindy invites readers on a tour of her life and her unscientific observations on romance, friendship, and Hollywood, with several conveniently placed stopping points for you to run errands and make phone calls. Mindy Kaling really is just a Girl Next Door—not so much literally anywhere in the continental United States, but definitely if you live in India or Sri Lanka.

Mon avis: Un livre extrêmement divertissant. On retrouve bien la patte de cette humoriste que j'adore, fraîche, honnête et pétillante. Je me suis surprise à rire à haute voix plus d'une fois.
En apprendre plus sur son parcours, son enfance et ses rêves, devenus réalité, a été un véritable plaisir. J'ai maintenant hâte de lire son deuxième livre.

Malheureusement, ce livre n'a pas encore été traduit, bien que le vocabulaire employé par l'auteure rende la lecture facile pour quelqu'un qui a une petite connaissance de l'anglais.



mercredi 16 septembre 2015

Dominer son palais, un combat qui vaut le goût !

Bonjour à tous.

Comme vous avez pu le lire ici, je me suis lancée dans le végétarisme pendant quelques mois. Bien que j'ai décidé de réintroduire la viande blanche et le poisson dans mon alimentation, j'ai gardé plusieurs bénéfices à ce bref changement dans mes habitudes alimentaires.



Tout d'abord, je suis beaucoup plus consciente de ce que j'achète. Je regarde de façon beaucoup plus détaillée les étiquettes de certains produits industriels, de façon à bannir l'huile de palme ou les produits trop sucrés / salés / chimiques de mon alimentation. C'est assez long de faire ses courses, du coup, mais je me sens plus en accord avec mes principes. J'ai également diminué ma consommation de lait de vache, bien que j'ai du mal à me faire au lait d'amandes et au lait de soja. Le goût ne m'a pas encore séduite.



Et, en parlant de goût, voilà bien la plus grande transformation qui me soit arrivée en 2015. En effet, depuis toujours, j'aime certains légumes quand beaucoup d'autres passent à la trappe. J'ai toujours détesté manger des tomates, des tomates cerises, de l'avocat, des poivrons. Mais l'assaisonnement à toujours été un problème pour moi aussi, j'ai eu un gros problème avec les vinaigrettes depuis mon enfance, tout comme la mayonnaise. Mais tout cela a bien changé. Quelle ne fut pas la réaction de mes proches quand, lors d'un dîner, ils me voient engloutir les tomates cerises, mettre de la vinaigrette sur ma salade, et demander à ce qu'on me resserve un mélange de légumes qui contenait des poivrons.



Car, quand j'ai banni viande, poisson et fruits de mer de mon alimentation, il fallait bien que je me nourrisse malgré tout. Je ne pouvais pas consommer que féculents, concombres, courgettes et aubergines pour le reste de ma vie. Alors, je me suis fait violence. Petit à petit, plats après plats. Une tomate au milieu d'une part de pizza, un maki cheese-avocat, des poivrons farcis au quinoa... J'ai donc découvert que l'on pouvait se battre. Notre palais est constamment en mouvement et, si l'on ne le fait pas travailler, il ne peut pas évoluer. Il me reste cependant encore pas mal de chemin. Je n'aime toujours pas les endives, ni les brocolis, et j'ai encore du mal à manger des tomates si elles ne sont pas mélangées à quelque chose d'autre. Mais je ne perds pas espoir !!!

Je commence même à aimer le citron, et ça, c'est de l'évolution !

mardi 8 septembre 2015

De l'art de ne rien faire de sa journée, sans culpabiliser

Bonjour à tous.

Depuis hier, je peux profiter d'une belle semaine de vacances pour faire la transition entre mon job d'été et la reprise de mes cours. Autant dire que je compte en profiter pour faire tout ce que je ne pouvais pas faire avant ne rien faire.



Alors évidemment, je vais quand même faire un peu de tri, un peu de rangement, préparer quelques articles en avance, mais mon objectif est de passer la moitié de ma journée dans mon lit, à bouquiner ou a regarder des films. Et visiblement, certaines personnes n'apprécient pas. J'ai entendu cette phrase hier: "Comment tu fais pour être une loque sans culpabiliser ? Je t'admire" Et j'ai envie de dire.... Quoi ?

Entendons-nous bien, d'ordinaire je suis très active et, même si j'ai tendance à me laisser un peu aller à la procrastination, j'aime que tout soit fait, que tout soit rangé, propre, etc... Alors, quand j'ai cette chance de ne pas avoir grand chose à faire, je la saisis à bras le corps, je l'embrasse et je reste au lit avec, toute la journée.

Alors, ça me fait un peu mal quand on vient me faire ce genre de petite réflexion. Comme quand je me suis tuée à la tâche toute la journée et que, forcément, vers 19h je me repose tranquillement sur le canapé, et qu'une certaine personne me sors: tu as fait ça toute la journée ?

J'ai donc décidé de ne plus culpabiliser et de vivre mes moments de repos comme je l'entends, car c'est pas la semaine prochaine, quand ma prépa CAPES va commencer, que je vais avoir autant de temps rien que pour moi.

Donc voilà, j'avais envie de poster ce petit coup de gueule. De la même façon que je râle quand on critique certains de mes loisirs: genre lire public ou regarder de la télé poubelle. Qu'on nous laisse faire ce que nous voulons, dans le petit laps de temps que l'on s'accorde loin du monde et des contraintes !

samedi 29 août 2015

Anna Karénine - Critique

Cet été, j'ai été assez fière d'aller jusqu'au bout de la liste de lecture que je m'étais fixée pour ces deux mois. Le livre qui m'aura pris le plus de temps était, incontestablement, Anna Karénine.



Ce pavé de 800 pages, publié au dix-neuvième siècle par Léon Tolstoï, ne m'a jamais semblé plus moderne qu'aujourd'hui.

Anna Karénine aborde différents sujets. Le couple, certes. D'abord, celui dont l'amour est pur, et autorisé, puis, celui dont l'amour est interdit par la morale et la religion, et donc maudit. A travers ces deux couples, tout un éventail de sentiments, de doutes et d'émotions nous attend. Tolstoï m'a littéralement bluffée en réussissant à exprimer des sentiments sur lesquels je n'avais jamais réussi à mettre de mots. Cependant, nous pouvons nous interroger sur l'opinion de Tolstoï quant à ces couples. Pensait-il que l'un était plus légitime que l'autre ? Condamnait-il l'amour d'Anna et Vronsky, car il allait à l'encontre de la morale de l'époque et baffouait le sacrement du mariage ?  On peut le penser.

Certains passages du roman étaient particulièrement longs et rendaient la lecture laborieuse. Le descriptif extrêmement long de la condition paysanne en Russie, bien que nécessaire à la compréhension de la philosophie du personnage de Lévine, était peu passionnante, bien qu'instructive. Le long passage sur les élections, quant à lui, m'a plus endormi qu'autre chose. Il faut cependant bien reconnaître à Tolstoï la capacité à créer tout un univers autour de sa trame principale et à l'inscrire dans la Russie de son époque.



Après avoir lu Anna Karénine, j'ai décidé de regarder à nouveau le film de Joe Wright, sorti en 2012 avec Keira Knightley. Quand je l'avais vu à sa sortie, il m'avait fallu du temps pour bien tout comprendre, tant les personnages étaient nombreux. Maintenant, je me rends compte que ce film n'était rien d'autre qu'un résumé (esthétiquement et musicalement parfait) du livre, et pas une oeuvre à part entière.

Je vous conseille donc de lire ce roman, vraiment, puis de regarder le film. Je pense que la combinaison des deux rend l'histoire encore plus intemporelle.

J'espère avoir réussi à vous convaincre de sauter le pas et de vous plonger dans cette tragédie russe.

mercredi 19 août 2015

Un hôtel de rêve au Portugal

Bonjour à tous, alors que je suis malade, au fond de mon lit, je vais vous faire rêver, et me changer les idées, en vous parlant du Dolce CampoReal Lisboa.



Profitant d'une offre sur le site VeryChic, mes parents m'ont fait la surprise cet été de m'amener passer deux jours et une nuit dans ce superbe hôtel, à une quarantaine de kilomètres de Lisbonne. Au programme: plusieurs piscines, hammam, sauna, petit-déjeuner gargantuesque, restaurants gastronomiques, terrasses privées et personnel très accueillant. Que demander de plus ?





Petits points négatifs:

-Il ne faut pas avoir peur de se perdre et maîtriser un peu le portugais afin de trouver l'hôtel, perdu au milieu de plusieurs petits villages, sans panneau d'indication.
-La plus jolie et plus grande piscine extérieure de l'hôtel a été construite plein nord, ce qui fait qu'elle n'est presque jamais ensoleillée et donc assez glaciale...




Et, c'est tout... Parcours de golf (hors de prix, certes), terrain de basket, tennis, etc... Tout y est. Pour notre plus grand bonheur !






vendredi 14 août 2015

C'est quand la rentrée ?



Depuis que j'ai commencé mes études à l'université, il y a plus de cinq ans maintenant, j'ai toujours été salariée en même temps. Ainsi, j'ai rarement eu de congés d'été, et encore moins les trois mois complets qui attendaient mes camarades. Et cette situation à toujours été douce-amère pour moi.

Je me réjouis chaque année d'en finir avec les devoirs, les partiels, mémoires et autres révisions, et de me plonger dans "la vraie vie" avec mon travail de vendeuse de prêt-à-porter pour hommes. Seulement voilà, chaque année, au milieu de l'été, je regrette les cours. Cet environnement qui m'est si familier, où je me sens beaucoup plus épanouie, utile à moi-même et pas qu'à mon compte en banque, où aucun client ne va me prendre la tête, me draguer lourdement ou même m'insulter.



Certes, j'ai moins de moments de repos quand je reprends les cours que quand je suis salariée à 20 ou 25 heures par semaine, mais je me retrouve beaucoup moins à attendre mon jour de congé avec lassitude. Et finalement, je suis beaucoup moins fatiguée avec plus d'heures de cours et des devoirs par centaine. Alors évidemment, je suis très reconnaissante d'avoir toujours du travail quand j'en ai besoin, de gagner de l'argent et d'étoffer mon C.V. Mais si je pouvais être à l'école toute ma vie, je serais la plus heureuse du monde.

C'est donc grâce à ces réflexions que j'ai réalisé, après de nombreuses heures à me creuser la tête, que je voulais devenir professeur. Ca a été une véritable révélation. Passer les prochaines années à enseigner à de futurs adultes et à les convaincre que, l'école c'est bien, et que parler anglais c'est important, je sais que ce n'est pas gagné, mais j'ai rarement été aussi motivée.

Alors oui, au moment où j'écris ces lignes, j'attends fébrilement ma rentrée, avec la même excitation qu'un enfant au matin de Noël. Et j'espère l'attendre ainsi toute ma vie.

mercredi 12 août 2015

La montagne en été - Le calme et les paysages verdoyants

Bonjour à tous.

Alors que le travail rythme à nouveau mon quotidien, je vous propose un dernier article sur les joies de passer ses vacances d'été à la montagne ! 

Après vous avoir fait saliver en vous faisant découvrir mes bonnes adresses gourmandes ici, je vais maintenant vous parler de ce qui est le plus important (ou plutôt, vous le montrer): le paysage !

En effet, les mots sont bien peu de choses en comparaison avec les panoramas sublimes offerts par les montagnes recouvertes de verdure.

Sur ces bonnes paroles, je vous laisse donc en prendre plein les yeux ! 










LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...