samedi 29 août 2015

Anna Karénine - Critique

Cet été, j'ai été assez fière d'aller jusqu'au bout de la liste de lecture que je m'étais fixée pour ces deux mois. Le livre qui m'aura pris le plus de temps était, incontestablement, Anna Karénine.



Ce pavé de 800 pages, publié au dix-neuvième siècle par Léon Tolstoï, ne m'a jamais semblé plus moderne qu'aujourd'hui.

Anna Karénine aborde différents sujets. Le couple, certes. D'abord, celui dont l'amour est pur, et autorisé, puis, celui dont l'amour est interdit par la morale et la religion, et donc maudit. A travers ces deux couples, tout un éventail de sentiments, de doutes et d'émotions nous attend. Tolstoï m'a littéralement bluffée en réussissant à exprimer des sentiments sur lesquels je n'avais jamais réussi à mettre de mots. Cependant, nous pouvons nous interroger sur l'opinion de Tolstoï quant à ces couples. Pensait-il que l'un était plus légitime que l'autre ? Condamnait-il l'amour d'Anna et Vronsky, car il allait à l'encontre de la morale de l'époque et baffouait le sacrement du mariage ?  On peut le penser.

Certains passages du roman étaient particulièrement longs et rendaient la lecture laborieuse. Le descriptif extrêmement long de la condition paysanne en Russie, bien que nécessaire à la compréhension de la philosophie du personnage de Lévine, était peu passionnante, bien qu'instructive. Le long passage sur les élections, quant à lui, m'a plus endormi qu'autre chose. Il faut cependant bien reconnaître à Tolstoï la capacité à créer tout un univers autour de sa trame principale et à l'inscrire dans la Russie de son époque.



Après avoir lu Anna Karénine, j'ai décidé de regarder à nouveau le film de Joe Wright, sorti en 2012 avec Keira Knightley. Quand je l'avais vu à sa sortie, il m'avait fallu du temps pour bien tout comprendre, tant les personnages étaient nombreux. Maintenant, je me rends compte que ce film n'était rien d'autre qu'un résumé (esthétiquement et musicalement parfait) du livre, et pas une oeuvre à part entière.

Je vous conseille donc de lire ce roman, vraiment, puis de regarder le film. Je pense que la combinaison des deux rend l'histoire encore plus intemporelle.

J'espère avoir réussi à vous convaincre de sauter le pas et de vous plonger dans cette tragédie russe.

mercredi 19 août 2015

Un hôtel de rêve au Portugal

Bonjour à tous, alors que je suis malade, au fond de mon lit, je vais vous faire rêver, et me changer les idées, en vous parlant du Dolce CampoReal Lisboa.



Profitant d'une offre sur le site VeryChic, mes parents m'ont fait la surprise cet été de m'amener passer deux jours et une nuit dans ce superbe hôtel, à une quarantaine de kilomètres de Lisbonne. Au programme: plusieurs piscines, hammam, sauna, petit-déjeuner gargantuesque, restaurants gastronomiques, terrasses privées et personnel très accueillant. Que demander de plus ?





Petits points négatifs:

-Il ne faut pas avoir peur de se perdre et maîtriser un peu le portugais afin de trouver l'hôtel, perdu au milieu de plusieurs petits villages, sans panneau d'indication.
-La plus jolie et plus grande piscine extérieure de l'hôtel a été construite plein nord, ce qui fait qu'elle n'est presque jamais ensoleillée et donc assez glaciale...




Et, c'est tout... Parcours de golf (hors de prix, certes), terrain de basket, tennis, etc... Tout y est. Pour notre plus grand bonheur !






vendredi 14 août 2015

C'est quand la rentrée ?



Depuis que j'ai commencé mes études à l'université, il y a plus de cinq ans maintenant, j'ai toujours été salariée en même temps. Ainsi, j'ai rarement eu de congés d'été, et encore moins les trois mois complets qui attendaient mes camarades. Et cette situation à toujours été douce-amère pour moi.

Je me réjouis chaque année d'en finir avec les devoirs, les partiels, mémoires et autres révisions, et de me plonger dans "la vraie vie" avec mon travail de vendeuse de prêt-à-porter pour hommes. Seulement voilà, chaque année, au milieu de l'été, je regrette les cours. Cet environnement qui m'est si familier, où je me sens beaucoup plus épanouie, utile à moi-même et pas qu'à mon compte en banque, où aucun client ne va me prendre la tête, me draguer lourdement ou même m'insulter.



Certes, j'ai moins de moments de repos quand je reprends les cours que quand je suis salariée à 20 ou 25 heures par semaine, mais je me retrouve beaucoup moins à attendre mon jour de congé avec lassitude. Et finalement, je suis beaucoup moins fatiguée avec plus d'heures de cours et des devoirs par centaine. Alors évidemment, je suis très reconnaissante d'avoir toujours du travail quand j'en ai besoin, de gagner de l'argent et d'étoffer mon C.V. Mais si je pouvais être à l'école toute ma vie, je serais la plus heureuse du monde.

C'est donc grâce à ces réflexions que j'ai réalisé, après de nombreuses heures à me creuser la tête, que je voulais devenir professeur. Ca a été une véritable révélation. Passer les prochaines années à enseigner à de futurs adultes et à les convaincre que, l'école c'est bien, et que parler anglais c'est important, je sais que ce n'est pas gagné, mais j'ai rarement été aussi motivée.

Alors oui, au moment où j'écris ces lignes, j'attends fébrilement ma rentrée, avec la même excitation qu'un enfant au matin de Noël. Et j'espère l'attendre ainsi toute ma vie.

mercredi 12 août 2015

La montagne en été - Le calme et les paysages verdoyants

Bonjour à tous.

Alors que le travail rythme à nouveau mon quotidien, je vous propose un dernier article sur les joies de passer ses vacances d'été à la montagne ! 

Après vous avoir fait saliver en vous faisant découvrir mes bonnes adresses gourmandes ici, je vais maintenant vous parler de ce qui est le plus important (ou plutôt, vous le montrer): le paysage !

En effet, les mots sont bien peu de choses en comparaison avec les panoramas sublimes offerts par les montagnes recouvertes de verdure.

Sur ces bonnes paroles, je vous laisse donc en prendre plein les yeux ! 










dimanche 9 août 2015

Le végétarisme et moi: bilan

Bonjour à tous.

Ceux qui me suivent sur les réseaux sociaux le savent, j'ai choisi il y a quelques mois de me passer de viande, de poisson et de fruits de mer. Les raisons étaient variées: la souffrance animale, les conséquences écologiques et la nutrition.




Au début, j'ai très mal géré ce changement, utilisant le fromage comme substitution, ce qui a fait grimper mon taux de cholestérol de façon très alarmante. Puis, petit à petit, j'ai commencé à prendre plaisir à me préparer de bonnes salades, et surtout des tartines fraîches et légères.


Mais voilà, depuis quelques temps, je ressens de la tristesse quand, lors des repas de famille, mes proches dégustent du poulet, des fruits de mer, ou du poisson. Bizarrement, la viande rouge me dégoûte toujours autant, mais le reste n'est plus vrai. Au lieu de me dégoûter, je me retrouve à saliver devant, et du coup à me torturer et déprimer, réellement déprimer, car je me refuse à y toucher.

Face à cette constatation, j'ai décidé de réintroduire volailles, poissons et fruits de mer dans mon alimentation, à titre exceptionnel. A quelques conditions: consommer responsable d'un point de vue écologique, éthique, et nutritif. Enfin, je pense continuer à privilégier les plats végétariens, car j'apprécie vraiment la créativité que cela requiert, ainsi que le mélange de saveurs, souvent surprenant. 



Et vous, quel est votre rapport à la viande et au poisson ? Avez-vous déjà tenté de vous en passer ? 


vendredi 7 août 2015

Les Souvenirs - David Foenkinos



Ne lisant jamais la quatrième de couverture des livres que je m'apprête à dévorer, je ne savais pas trop dans quoi je me lançais, au début de ce roman. J'ai donc découvert un récit très délicat, assez drôle, fluide, et bigrement émouvant.

Quand son grand-père décède et que la question du placement en maison de retraite de sa grand-mère se pose, le narrateur se retrouve face aux réalités de la vie, que l'on préfère souvent ignorer: la mort, la déchéance du corps, de l'esprit, l'effritement des relations familiales... Cette confrontation le poussera à commencer à vivre, enfin.

Au fil de la lecture, j'ai beaucoup pensé au roman "Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire", dans cela qu'il donne la parole à une génération que l'on laisse souvent de côté. Il veut nous rappeler qu'ils sont vivants, qu'ils sont là, avec leurs souvenirs, leurs sentiments et leurs projets.

Une lecture toute douce, très émouvante, que je vous recommande chaudement.
N'hésitez pas à partager avec moi vos avis :)


mardi 4 août 2015

La montagne en été - Méribel en 3 adresses gourmandes

Pour celles et ceux qui me suivent sur Instagram ou Twitter, vous savez que j'ai passé deux semaines à Méribel en Juillet. Ce qui est une station de ski huppée en hiver (et très inabordable) est un charmant refuge en été.

Au cours des prochains jours je vous parlerai de ce que je retiens de mes deux semaines dans ce petit écrin de verdure, rempli de beauté. Je commence donc par l'avantage numéro un pour moi, grande gourmande dans l'âme, d'aller passer son été à la montagne: la nourriture. Voici mes trois adresses préférées dans cette superbe station Alpine.

1- La Bergerie - Chez Kiki

Ce charmant restaurant, perché très haut dans la station, est le premier que nous ayons testé durant notre séjour.



Dévorés par une envie incroyable de fondue savoyarde, quelle ne fût pas notre déception, de prime abord, en constatant que la carte d'été de ce restaurant ne proposait que des grillades. Mais pas de panique ! La chef, un homme adorable, nous a rassuré: il avait les ingrédients dans sa cuisine, il nous préparerait donc notre fondue, simplement parce que nous l'avons demandé. Que demander de plus ?



C'est donc pour la qualité de ses plats (la fondue était probablement la meilleure qu'il m'ait été donné de goûter), la qualité de son service, ainsi que sa vue à couper le souffle et sa déco très chaleureuse que je vous recommande, si vous êtes dans les parages, d'aller faire un tour Chez Kiki. Petit conseil, n'hésitez pas à réserver, la salle est vite remplie !


LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...