mardi 17 novembre 2015

Bloguer: pourquoi faire ?




J'avais envie d'écrire un article, un article sur l'impensable, un article comme il y en aura des milliers publiés sur la blogosphère cette semaine. J'avais envie de mettre des mots sur ce que j'avais ressenti, enfermée devant ma télé, horrifiée. Mais, pourquoi faire ?

Pendant longtemps, je me suis demandé pourquoi des gens ressentaient le besoin de témoigner devant des caméras, ou dans des interviews. Je voyais cela comme une façon de se créer un instant de célébrité. Je trouvais ridicules ceux qui postaient des messages ou des images de soutien sur les réseaux sociaux. Pour moi, ils ne faisaient ça que pour faire comme tout le monde, en espérant se faire remarquer. Mon cynisme était assez grand. Et puis, le 7 Janvier est arrivé, et j'ai été terriblement émue. A tel point que, moi-même, j'avais failli partager mon ressenti. Néanmoins, je m'en étais abstenu une nouvelle fois, par pudeur cette fois-ci, je ne me trouvais aucune légitimité à réagir ainsi. 

Et vendredi est arrivé. Les gens tués au hasard dans des lieux où je me suis baladée des tas de fois. Les larmes, les coups de feu, les corps, mes amis passés tout près, la nuit blanche qui a suivi... Mon cynisme m'a alors semblé très déplacé. Ce weekend, nous avons tous été unis. Plus aucune polémique sur "ils l'ont bien cherché", "faut pas s'étonner" etc... A part quelques individus qui se complaisent encore et toujours dans le conflit et dans les théories du complot, le peuple français à fait preuve d'une unité sans pareille, encore plus important que celle démontrée le 11 Janvier. Tout est devenu clair pour moi. Voilà pourquoi les victimes et leurs proches témoignent, voilà pourquoi nous ressentons le besoin de nous exprimer en masse. Nous sommes portés par tous ces témoignages d'affection et de soutien.

Alors, après avoir rédigé cet article, en plusieurs fois je dois bien l'avouer, je ne sais toujours pas ce que je recherchais en me mettant ainsi à taper sur mon clavier. Peut-être voulais-je tout simplement m'exprimer, ou juste témoigner de mon soutien, de ma reconnaissance envers le monde entier pour leurs témoignages de sympathie. Peut-être voulais-je me convaincre que je n'avais pas peur, que tous ces témoignages nous rendaient plus forts contre l'horreur... Je ne sais pas, je ne saurai pas, mais l'important, finalement, n'est pas là.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...