vendredi 13 novembre 2015

Mais... Pourquoi tu veux être prof ?


Vous savez, quand vous êtes en soirée, que vous rencontrez des nouvelles personnes et qu'elles vous demandent ce que vous faites comme boulot ? C'est une question parmi tant d'autres. Pour moi, c'est un peu le pile ou face. Je m'attends à deux types de réactions quand j'annonce que dans deux ans (si tout va bien) je serai prof d'anglais.

D'abord, il y a ceux qui trouvent ça génial :

- "Eh bien, tu en as du courage, mais c'est vrai que c'est un beau métier"
- "Trop la chance, tu seras toujours en vacances!!!" (mais oui, mais oui)
- "Ca doit être difficile mais très enrichissant, c'est un très bon choix"
- "Tu travailleras jamais, c'est trop cool" (oui, oui, oui)

Et, c'est à peu près tout. La réaction que j'entends le plus souvent (à part la grande gagnante, celle sur les vacances) est la suivante:

- ... (silence gêné)
- "Mais, pourquoi ? Tu vas gagner un salaire de misère, te faire traiter comme une moins que rien par des gosses qui n'en ont rien à faire et des parents laxistes. Le peuple va te traiter de fainéante et te dire que tu es toujours en grève ou en vacances. En plus, tout le monde va te dire que l'anglais est mal enseigné en France et que tes élèves s'en sortiraient mieux s'ils partaient à l'étranger. Qu'eux n'ont jamais rien appris à l'école mais dans les séries télés. Sérieux.... Pourquoi ?"

Et c'est vrai qu'il est difficile de rebondir là-dessus. D'expliquer que j'ai envie de donner les clefs nécessaires à toute (oui, il ne faut pas être modeste) une génération pour réussir dans la vie. Que j'ai envie de leur faire prendre goût à la V.O. Que tout est culture et que Brian n'est pas forcément in the bathroom. Que non, je ne veux pas enseigner dans le privé, mais que je veux transmettre à ceux qui ne le souhaitent pas forcément au début. Que je veux les marquer comme certains de mes professeurs (quatre, plus exactement) l'ont fait pendant ma scolarité.

Alors oui, j'essayerai de ne pas faire de dépression nerveuse, de ne pas être le genre de prof dont le cours et la classe sont un vrai chaos. Je ne peux pas promettre que je n'abandonnerai pas tout dans cinq ans pour devenir un écrivain à succès (mon très grand rêve) ou pour ouvrir mon restaurant (mon autre grand rêve, plus réaliste). Mais je vais essayer de passer outre les critiques et la dureté du métier. Parce que, si on abandonne avant de commencer, quel est l'intérêt ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...